Allocution du Président Zine El Abidine Ben Ali, Président de la République Tunisienne à la 20e session ordinaire de la Conférence au Sommet du Conseil de la Ligue des Etats Arabes

(Damas, 29-30 mars 2008)
Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux
Excellence, Monsieur le Président Bachar Al-Assad,
Majestés,
Altesses,
Excellence, Monsieur le Secrétaire général de la Ligue des Etats arabes,
Honorables frères,
Il me plaît d’exprimer, tout d’abord, à mon frère, Son Excellence Le Président Bachar Al-Assad, mes
vifs remerciements et ma profonde reconnaissance pour l’accueil chaleureux et l’hospitalité
attentionnée qui nous ont été réservés depuis le moment où nous avons foulé le sol accueillant de ce
pays qui a été, au fil des âges, un pôle rayonnant de civilisation. Nous formons le souhait de voir le
peuple syrien frère jouir du progrès continu, de la dignité et de l’invulnérabilité constantes, sous la
conduite clairvoyante de son Président.
Tout en vous assurant de l’admiration que nous ont inspirée, depuis notre arrivée dans ce pays
combien accueillant, les indices patents de l’essor enregistré dans tous les domaines, nous tenons à
rendre hommage à Son Excellence, le Président Bachar El Assad, pour les efforts méritoires qu’il a
déployés en vue d’assurer les meilleures conditions à la réussite de nos présentes assises.
Il m’est tout aussi agréable d’exprimer ma considération et mes félicitations à notre frère, le Serviteur
des deux Saintes Mosquées, le Roi Abdallah Ibn Abdel Aziz, pour sa contribution efficiente, tout au
long de son mandat à la présidence de la précédente session de notre Conseil, à la dynamisation de
l’action arabe commune, à la défense des causes de notre Oummah et à la promotion de ses intérêts.
Mes remerciements s’adressent, en outre, à Son Excellence, Le Secrétaire général de la Ligue des
Etats arabes, M. Amr Moussa, pour les efforts intenses qu’il a déployés avec constance, à l’effet de
renforcer le rôle de la Ligue et de l’élever au niveau des aspirations de nos peuples.
Honorables frères,
Notre présent Sommet se tient dans une conjoncture régionale et internationale extrêmement
délicate, marquée par des défis majeurs et des enjeux immenses, qui nous commandent de faire
preuve de vigilance et nous imposent un surcroît de coordination et de concertation, afin
d’acquérir les aptitudes qui puissent nous aider à persévérer, à promouvoir nos potentialités, à
protéger nos intérêts et à garantir l’avenir de nos peuples.
Notre voeu est que puisse prévaloir dans les travaux de ce Sommet l’esprit de concorde et d’entente,
afin que nous puissions identifier les meilleures voies conduisant au règlement des questions
inscrites à notre ordre du jour. Nous formons également l’espoir de voir ce Sommet offrir une
nouvelle opportunité à l’unification de nos rangs et à la consolidation de la coopération, de la
complémentarité et de la solidarité entre nos peuples.
Nul doute que la cause palestinienne reste invariablement au premier rang de nos priorités, et la
source de notre profonde préoccupation, tout particulièrement en cette période délicate qui voit Israël
intensifier ses agressions contre le peuple palestinien frère, lui imposant un blocus oppressant et lui
causant des pertes sévères en vies humaines et en dégâts matériels, avec destruction systématique
des infrastructures.
La persistance d’une situation si tragique et si grave nous impose, à tous, de réaffirmer notre appui
constant au peuple palestinien et à sa cause juste, de renforcer le soutien politique et matériel que
nous lui apportons, et d’adopter une attitude énergique de solidarité, pour lui permettre de surmonter
cette épreuve, de recouvrer ses droits légitimes et de créer un Etat indépendant.
Nous renouvelons notre appel à la communauté internationale et tout particulièrement aux parties les
plus influentes, à oeuvrer à assurer au peuple palestinien la protection internationale requise, et d’agir
sans délai en vue de stopper le processus de colonisation, de mettre un terme aux punitions
collectives, aux pratiques agressives et aux politiques unilatérales, tant elles représentent une
dangereuse menace pour les efforts de paix dans la région.
Nous appelons, en outre, à faire concourir les efforts des diverses parties concernées, à la
dynamisation de l’option pacifique, au recours à la méthode du dialogue pour le règlement des
problèmes en suspens, et à la relance des pourparlers sur la base des référentiels internationaux, de
l’initiative arabe de paix et des résultats de la Conférence d’Annapolis, d’autant que la situation dans
la région ne peut plus supporter un surcroît de tension explosive.
Dans ce même contexte, nous réaffirmons notre solidarité avec la Syrie et le Liban, deux pays frères
auxquels nous apportons notre ferme soutien pour le recouvrement de leurs territoires usurpés et la
garantie d’une vie sûre et paisible.
Honorables frères,
Nous suivons attentivement la crise politique que traverse le Liban frère, et avons l’espoir de voir nos
frères libanais parvenir à surmonter cette épreuve, avec l’attachement que nous leur connaissons à la
notion de consensus et à l’unité nationale, afin de prémunir leur pays contre les risques de discorde et
de déchirement, et de garantir à leur peuple stabilité et invulnérabilité.
Nous réaffirmons, en outre, notre solidarité avec le peuple irakien frère, et espérons qu’il parviendra,
à bref délai, à recouvrer sa sécurité et à affermir sa souveraineté, pour pouvoir se consacrer à la
reconstruction de son pays, dans un contexte d’intégrité territoriale et d’unité nationale.
Quant au Soudan frère, il connaît actuellement, des développements politiques qui incitent à
l’optimisme et dont nous espérons qu’ils constitueront une étape positive sur le chemin de la
réconciliation nationale générale, et du raffermissement de la concorde et de la cohésion entre
l’ensemble de ses citoyens.
Honorables frères,
Les réalisations encourageantes que nous avons accomplies dans les domaines de la dynamisation de
l’action arabe commune et de la promotion du processus de développement et de modernisation de
nos pays, illustrent l’importance que nous attachons à la réalisation des objectifs que nous nous
sommes engagés, par les résolutions issues des Sommets de Tunis, Alger, Khartoum et Ryadh, à
atteindre. Elles confirment, également, notre volonté de poursuivre l’oeuvre de réforme et de
modernisation, en tenant compte des défis à relever et des paris à gagner.
C’est dans ce contexte que s’inscrit notre souci d’établir un plan pilote d’initiation aux principes des
droits de l’homme, pour la période 2009-2014, pour illustrer notre conviction quant à la nécessité de
diffuser la culture des droits de l’homme, d’en enraciner les principes et d’y initier nos sociétés
arabes, d’une manière qui soit en harmonie avec notre patrimoine culturel et civilisationnel et nos
nobles valeurs humaines.
Nous exprimons, en outre, l’optimisme que nous inspire le démarrage des activités du Conseil arabe
de paix et de sécurité, espérant qu’il saura poser un jalon supplémentaire sur la voie de la
consolidation de l’action arabe commune et de la consécration des fondements de la sécurité et de la
quiétude dans notre région.
Dans ce contexte, nous renouvelons notre appel à la communauté internationale afin qu’elle unisse
ses efforts dans la lutte contre le terrorisme, qui est devenu un péril transcontinental, portant atteinte
de manière flagrante à la souveraineté des Etats et à toutes les conventions et chartes onusiennes. La
Tunisie a joué un rôle précurseur en mettant en garde contre ce fléau et en préconisant d’y remédier
selon un processus préventif global, fondé essentiellement sur la nécessité d’en tarir les sources et
d’éliminer les conditions propices à son émergence et à sa propagation.
Nous avions, également, préconisé la convocation, sous les auspices des Nations Unies, d’une
Conférence internationale en vue d’établir une stratégie collective de lutte contre le terrorisme et la
mise au point, en la matière, d’un code de conduite engageant toutes les parties.
La Tunisie s’est toujours préoccupée de coopérer avec tous les pays frères et amis en vue de
raffermir les conditions de la sécurité, de la paix et de la solidarité dans le monde, de s’attacher à la
légalité internationale, de rechercher des solutions équitables et justes aux problèmes internationaux
en suspens, de promouvoir les valeurs et vertus universelles communes, et de jeter les ponts de la
communication, de l’entente et de la complémentarité entre les diverses civilisations, cultures et
religions.
C’est sur cette base que nous renouvelons notre appel en faveur de la consécration d’un dialogue
constructif avec autrui, un dialogue fait de consensus, de respect mutuel et de partenariat équilibré.
Nous réaffirmons, en outre, la nécessité pour nous de ne ménager aucun effort pour faire connaître
nos spécificités culturelles remarquables et nos apports majeurs à la civilisation universelle, et
élaborer un plan d’action efficace aux plans intellectuel et médiatique, en vue de corriger les idées
erronées propagées sur notre culture et notre civilisation et de contrecarrer les mensonges et les
diffamations qui prennent pour cibles les symboles et les composantes sacrées des religions.
Honorables frères,
La dynamisation du système panarabe d’action économique et sociale est de nature à nous inciter à
hâter la recherche de formules propres à aplanir les obstacles qui empêchent la concrétisation de
l’intégration et de la complémentarité entre les économies de nos pays, à accélérer la mise en place
du marché arabe commun et à coopérer de manière fructueuse pour améliorer notre compétitivité
face aux blocs économiques régionaux et internationaux.
Nous nous félicitons, dans ce contexte, de la tenue du Sommet économique et social arabe que le
Koweit frère abritera au début de l’année prochaine, et qui constituera, nous l’espérons, une étape
marquante sur la voie de l’instauration d’un partenariat solidaire et durable de développement qui
contribue à la réalisation de la prospérité et de l’invulnérabilité de nos pays.
Devant la révolution envahissante que notre monde connaît, aujourd’hui, dans les domaines de la
science et surtout des technologies de la communication et de l’information, nous renouvelons notre
appel en faveur de l’assimilation des connaissances et des sciences modernes, de la diffusion de la
culture numérique dans nos pays et de l’initiation accrue de nos sociétés à l’économie du savoir.
L’Organisation arabe des technologies de la communication et de l’information, dont les activités ont
démarré à la fin de l’année écoulée, constitue un apport essentiel aux efforts intenses que nous
déployons pour nous adapter à l’évolution de la connaissance et des sciences et de réduire le fossé
numérique qui nous sépare des pays développés.
Pour conclure, nous formulons le souhait que nos présentes assises réussissent à adopter des
décisions et des recommandations qui puissent contribuer au renforcement de l’action arabe
commune et au raffermissement des relations de coopération et de complémentarité entre nos pays,
dans le sens des aspirations de nos peuples et qui soient à la mesure des divers défis auxquels nous
sommes confrontés.
Je tiens, enfin, à remercier, une fois de plus, Son Excellence le Président Bachar Al-Assad pour
l’hospitalité qu’il nous a réservée et pour le souci d’assurer les meilleures conditions au déroulement
de nos travaux, à lui souhaiter la pleine réussite durant son mandat à la présidence de la vingtième
session de notre Conseil, et à former mes voeux de voir ces assises réussir à concrétiser les objectifs
pour lesquels elles se sont tenues.
Merci de votre attention.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :