KENYA : LE CONSEIL DE SÉCURITÉ SALUE L’AVANCÉE DES NÉGOCIATIONS

 New York, Feb  6 2008

Par la voie d’une déclaration présidentielle, le Conseil s’est félicité aujourd’hui de l’annonce selon laquelle les négociations menées le 1er février, sous la houlette de Kofi Annan, entre Mwai Kibaki et Raila Odinga, ont débouché sur des progrès, notamment l’adoption d’un plan et d’un calendrier de mesures visant à mettre fin à la crise née au Kenya de la contestation des résultats des élections du 27 décembre.
« Le Conseil accueille avec satisfaction le communiqué publié par l’Union africaine, qui salue les efforts déployés par l’Union, le président du Ghana, M. Kufuor, et le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, et souligne qu’il soutient sans réserve l’action que mène le Groupe d’éminentes personnalités africaines, sous la direction de Kofi Annan, pour aider les parties à trouver une solution politique », a déclaré le président du Conseil pour le mois de février, Ricardo Alberto Arias, du Panama.
La déclaration déplore « l’explosion de violences consécutive aux élections, qui a fait de nombreuses victimes et a eu de graves conséquences humanitaires ».
Elle déplore aussi « qu’en dépit des engagements pris le 1er février, des civils continuent d’être tués, soumis à des violences sexuelles ou sexistes et forcés de quitter leur domicile ».
« Le Conseil s’inquiète vivement de la poursuite de la grave crise humanitaire que connaît le Kenya et demande que les réfugiés et les déplacés soient protégés. Il s’inquiète également de la sécurité des agents humanitaires et du personnel des Nations Unies et demande à toutes les parties de leur faciliter la tâche et d’assurer leur sécurité. Il se félicite que la Haut-Commissaire aux droits de l’homme et le Conseiller spécial du Secrétaire général pour la prévention du génocide aient décidé, après des consultations avec le gouvernement kényan, de dépêcher des missions au Kenya ».
La déclaration « invite les dirigeants kényans à faciliter le travail de ces missions et attend avec intérêt d’être informé de leurs conclusions par le Secrétaire général ».

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :