IFJ Calls for Release of a Journalist Held in DRC

Media release
22 January 2008

IFJ Calls for Release of a Journalist Held in DRC

The International Federation of Journalists (IFJ) today called on the authorities of the Democratic Republic of Congo (DRC) to release the journalist Maurice Kayombo, who has been held for two weeks on charges of “blackmail and disparaging an official,” after the Secretary General of the Mining Ministry filed a complaint against him.

“We condemn this detention, which is being used to intimidate journalists doing investigative reports,” said Gabriel Baglo, Director of the IFJ Africa office. “We call on the Congolese authorities to release Maurice immediately and drop the criminal charges against him. This complaint should be heard by the media regulatory body, Haute autorité des médias (HAM).”

The charges against Kayombo were brought in relation to a story he wrote in the November edition of the privately-owned monthly magazine Les Grands Enjeux where he is on staff. In the article he wrote on a government report on the mining contracts in the country, he said there were huge mismanagement and officials were involved in some unsound contracts.

On January 9 Kayombo was invited to the office of the Secretary General of the Mining Ministry Christophe Kaninio and when he arrived there he was arrested by police, said the National Union of Professional of the Press (SNPP) of DRC.

Kayombo has been held in jail since then. He has been moved between detention centres and is now being held at the Central Prison of Makala in the capital city of Kinshasa. Some journalists who visited him fear for his health. He told them that he is being held in a tiny cell and is forced to sleep close to stagnant urine.

The IFJ is supporting the SNPP in its campaign for Kayombo’s release and a transfer of the complaint to the HAM. The IFJ’s African regional group, the Federation of African Journalists, has a continent-wide campaign to ban the criminalisation of press offenses in every African country.

For further information contact the IFJ: +221 33 842 01 43
The IFJ represents over 600,000 journalists in 120 countries


FR

Communiqué de presse
22 janvier 2008

La FIJ appelle à la libération d’un journaliste détenu en RDC

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a appelé aujourd’hui les autorités de la République Démocratique du Congo (RDC) à libérer le journaliste Maurice Kayombo, qui a été détenu pendant deux semaines sur des accusations de « chantage et dénigrement d’une autorité », après que le Secrétaire Général du Ministère des Mines, a déposé une plainte contre lui.

« Nous condamnons cette détention, qui est utilisée pour intimider les journalistes qui publient des investigations », a dit Gabriel Baglo, Directeur du bureau Afrique de la FIJ. « Nous appelons les autorités congolaises à libérer immédiatement Maurice et à abandonner les accusations criminelles portées contre lui. Cette plainte devrait être entendue par l’instance de régulation des médias, la Haute autorité des médias (HAM). »

Les accusations contre Kayombo ont été portées en rapport à une histoire qu’il a écrit dans l’édition de novembre du magazine mensuel privé Les Grands Enjeux dont il fait partie du personnel. Dans l’article qu’il a écrit portant sur un rapport du gouvernement sur les contrats miniers dans le pays, il a dit qu’il y avait une mauvaise gestion considérable et des autorités étaient impliquées dans certains contrats douteux.

Le 9 janvier Kayombo a été invité au bureau du Secrétaire Général du Ministère des Mines Christophe Kaninio et quand il y est arrivé, il a été arrêté par la police, a dit le Syndicat National des Professionnels de la Presse (SNPP) de la RDC.

Kayombo est en prison depuis lors. Il a été déplacé entre les centres de détention et est maintenant détenu à la prison centrale de Makala dans la capitale, Kinshasa. Certains journalistes qui lui ont rendu visite craignent pour sa santé. Il leur a dit qu’il est actuellement détenu dans une cellule exigüe et il est contraint à dormir à proximité de l’urine stagnante.

La FIJ soutient le SNPP dans sa campagne pour la libération de Kayombo et un transfert de la plainte à la HAM. Le groupe régional africain de la FIJ, la Fédération Africaine des Journalistes, mène une campagne continentale visant à mettre fin à la criminalisation des délits de presse dans chaque pays africain.

Pour plus d’informations, merci de contacter le + 221 33 842 01 43
La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 120 pays dans le monde

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :