Flirting for France: Newly-divorced Sarkozy’s ‘close and loving relationship’ with the blonde TV star in a low-cut blouse

novembre 25, 2007

By PETER ALLEN – More by this author » Last updated at 22:54pm on 24th November 2007Comments Comments (2)She is arguably the most beautiful star of French television and, until a few weeks ago, was one half of a hugely glamorous power couple presenting cutting-edge documentaries and heavyweight political interviews.But now, Laurence Ferrari has announced her divorce from Thomas Hugues, her journalist husband of 14 years, amid rumours that she has formed a ‘close and loving relationship’ with France’s president Nicolas Sarkozy.

The pair have been spotted enjoying candlelit meals, and Miss Ferrari, 41, is a frequent visitor to the Elysee Palace,Mr Sarkozy’s official residence in Paris.

The blonde enjoyed a one-on-one live interview with Mr Sarkozy, 52, in March – when he was running for the presidency before his electoral triumph in May – and the « incredible chemistry between the two » was apparent to many TV observers.

Scroll down for more

laurence ferrariLaurence Ferrari: has formed a ‘close and loving relationship’ with France’s bachelor president Nicolas Sarkozy

« They were both flirting for France, » said a source at Canal Plus, the TV channel where Miss Ferrari works.

« Laurence wore a low-cut black blouse and Sarkozy loved every minute of it. They got on like a house on fire and have been seeing each other ever since. Both are single people, so they have every right to enjoy each other’s company.

laurence ferrariLaurence Ferrari has enjoyed candlelit liaisons with the French leader

« They appear to have a close and loving relationship. Laurence would make a fantastic first lady. Sarkozy is a very lucky man. »

Sources in Morocco say Miss Ferrari was even spotted at the president’s hotel in Marrakesh during a private trip to North Africa earlier this month.

Yet although there is overwhelming evidence that Mr Sarkozy and Miss Ferrari are now dating, the notoriously cautious French media has been reluctant to report details.

The country has strict privacy laws, and Mr Sarkozy is known to have got at least one editor sacked for publishing pictures of his ex-wife, Cecilia, cavorting with a lover in New York.

And when Mr Sarkozy had an affair with journalist Anna Fulda two years ago she was moved from her usual beat covering his UMP party for Le Figaro newspaper, so there would be no conflict of interest.

Instead, it has been left to the Belgian, Swiss and even Moroccan Press to report the fledgling romance, with French websites following up the reports on a daily basis.

Mr Sarkozy and Cecilia divorced last month after she said she no longer wanted to be France’s first lady.

Cecilia is said to have moved to London to get away from the media spotlight in her home country. And she has admitted an affair with Moroccan-born public relations man Richard Attias while she was still married to Mr Sarkozy.

Mr Sarkozy has been married twice, and has three sons and two step-daughters.

Miss Ferrari, meanwhile, is said to be obsessed by public life and loves the limelight.

A politician’s daughter, she completed a Press officer’s diploma in Lyon in the mid- Eighties, before studying politics at the Sorbonne University. Between 2000 and 2006 she presented the Seven To Eight TV show with Hugues, the father of their two children, Baptiste, 13, and Laetitia, 11.

« Ferrari and Hugues were the Ken and Barbie of French television, so seeing them split up has come as a huge shock to everyone, » said the Canal Plus source.

« They announced their divorce on a TV listings website this week, which indicates how professionally driven they are. »

Scroll down for more

sarkozy cecilia nicolasThe President’s women: Nicolas Sarkozy with his ex-wife Cecilia

The divorcees run their own production company, Story Box Press, and the source added: « Amazingly they’re still going to be working together on some television projects. »

Mr Sarkozy is known for his love of designer goods and one political source in Paris said: « It’s typical of Sarko to grab himself a trophy girlfriend called Ferrari. »

Neither Miss Ferrari nor Mr Hugues would discuss their divorce. An Elysee Palace spokesman said Mr Sarkozy’s personal life was « not open for discussion ».

http://www.dailymail.co.uk/pages/live/articles/news/worldnews.html?in_article_id=496163&in_page_id=1811


Christian Folly Kossi : L’Etat Camerounais a rendu pathétique le cas de la Camair

novembre 23, 2007
21.11.2007

 

33753b.gifLe secrétaire général de l’Aacta scrute le ciel africain et camerounais.

Propos recueillis Par Léger Ntiga à Nairobi

Quelle appréciation faites-vous de l’état des lieux du ciel africain?

L’état des lieux dont vous parlez est très simple. Il correspond à l’Afrique géographique de sorte que la partie septentrionale du continent dispose de compagnies compétitives qui partagent le marché avec l’Europe presque à égalité. Cette situation a pour éliment essentiel, une politique touristique affirmée. Ceci veut dire que les pays du Maghreb ont des produits sur lesquels sont adossées les activités des compagnies aériennes de transport. Ils ont des produits à offrir au monde et une communication conséquente.
A côté de cette partie du continent, on a l’Afrique orientale qui est représentative avec deux compagnies de transport aérien principalement. Il s’agit de Ethiopian Airlines qui, depuis 60 ans connaît un succès que personne ne peut lui contester et Kenya Airways qui, depuis dix ans fait la fierté de l’Afrique. On constate le même succès pour South Africa Airways en Afrique australe. Dans cette répartition, l’Afrique centrale et occidentale notamment francophone, ne représente rien. Au contraire, elle est dominée par Air France comme on retrouve Klm et British Airways dans les autres Afrique.

Qu’est-ce qui, à votre avis explique cette situation?

Elle s’explique par le déséquilibre des capacités entre compagnies du Nord et celle du continent dont le plateau technique est généralement faible. Vous ne pouvez par exemple pas aller à la compétition avec un avion et demi. L’heure interpelle donc les Etats à plus de vision. Il s’agit de mettre en place des compagnies multinationales pour ne pas retomber dans les travers une forte participation des privés si l’on est d’accord que les Etats n’ont pas vocation à produire ce type de richesse. Il faut impérativement que les pays renoncent à la mise en place des compagnies

pour la seule fierté des tenants du pouvoir politique ou sous la forme de Air Afrique.

Que dites-vous de l’absence à ces assises du Cameroun et de toute l’Afrique centrale?

Il faut plutôt parler de l’Afrique noire francophone à quelques exceptions près. Je dois avouer que je suis franchement désolé pour cette partie du continent qui ne trouve pas d’intérêt à ce type de forum pourtant où l’on apprend mieux que qu’à Harvard. Il ne faut pas pour cela, garder la tête sur le guidon lorsqu’on est dans des difficultés. Il faut la lever pour visualiser l’environnement de la route, recourir aux autres usagers qui peuvent aider à apporter un conseil. C’est pour cela j’en appelle à leur participation aux assises de ce genre, comme pour toutes les réunion de l’Aacta. Car, unis, nous sommes forts et pouvons être compétitifs face aux autres concurrents. Solitaires, on est bien plus fragile et voué à, l’échec ainsi que le démontre un passé récent.

Comment appréciez-vous les difficultés du Cameroun à privatiser Camair?

On connaît le problème de Camair pour lequel le gouvernement camerounais ne veut pas mobiliser l’enveloppe qu’il faut pour la relance saine. Mais ne veut pas s’en séparer comme le lui recommande les bailleurs de fonds. C’est pour cela que nous pensons que le gouvernement camerounais a rendu pathétique, la situation de cette entreprise en donnant l’impression qu’il tient à elle comme à la prunelle des yeux. L’Etat camerounais doit se faire violence et laisser cette entreprise même aux privés camerounais comme l’a fait l’Etat kényan avec Kenya Airways. La principale richesse de Camair étant son réseau, la relance, si elle se fait dans des conditions saines, ne devrait connaître que des difficultés conjoncturelles. Ceci devant être rapidement corrigé si l’Etat facilite l’éclosion d’une activité touristique et des infrastructures adéquates. Cette vision des politiques rendra la destination Cameroun bénéfique à Camair.

http://www.camerounlink.net/fr/news.php?nid=33753


ATELIER SUR L’ÉDUCATION POUR LES POPULATIONS RURALES EN AFRIQUE

novembre 22, 2007

FAO, Rome – 28-29 novembre 2007

De hauts responsables des ministères de l’Éducation et de l’Agriculture d’une dizaine de pays africains participeront à un atelier sur l’éducation pour les populations rurales en Afrique qui se tiendra au siège de la FAO , à Rome, les 28 et 29 novembre 2007.

L’atelier est organisé par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA), en collaboration avec l’UNESCO, les ministères français de l’Agriculture et des Affaires étrangères et l’Institut de la Banque mondiale et avec le soutien de la direction générale de l’Italie pour la coopération au développement (DGCS).

Les discussions porteront avant tout sur les progrès accomplis depuis septembre 2005, date à laquelle s’était tenue la réunion ministérielle sur l’éducation pour les populations rurales, à Addis-Abeba. Des rapports pays élaborés par les ministères concernés et les organismes compétents seront examinés à cet effet.

L’éducation pour les populations rurales est une priorité stratégique dans la lutte contre l’extrême pauvreté, la faim et l’analphabétisme et pour la promotion du développement rural. Dans les zones rurales, l’illettrisme entrave le développement, compromet la sécurité alimentaire, la productivité et la santé et réduit les possibilités d’amélioration des moyens d’existence. Aujourd’hui, 100 millions d’enfants dans le monde – des ruraux majoritairement – se voient toujours dénier la possibilité d’aller à l’école.

La FAO (www.fao.org) est l’agence leader des Nations unies pour l’initiative globale en faveur de l’éducation pour les populations rurales (EPR).

L’ADEA (www.adeanet.org) est un acteur clé dans les processus de dialogue, de partage et d’apprentissage pour la transformation qualitative de l’éducation en appui au développement de l’Afrique. Elle œuvre pour le développement de politiques éducatives efficaces, conçues et développées par les africains.

L’Afrique du Sud, le Burkina Faso, l’Éthiopie, la Guinée , le Kenya, Madagascar, le Mozambique, le Niger, l’Ouganda, le Sénégal et la Tanzanie participeront à cet atelier.

Pour votre accréditation
Veuillez contacter le bureau des relations avec la presse de la FAO  :

FAO-Newsroom@fao.org
Téléphone : (+39) 06 570 53625 ; Télécopie : (+39) 06 570 53729

L’atelier se déroulera en anglais et en français.

Pour toute information, merci de contacter :

Thanh-Hoa Desruelles

Responsable communication et publications, ADEA

Téléphone : +33/ 145 03 77 69   ou +33/ 684 49 73 95

Courrier électronique : th.desruelles@iiep.unesco.org

ou

Pierre Antonios

Relations médias, FAO

Téléphone : (+39) 06 57053473

Courrier électronique : pierre.antonios@fao.org 

 MEDIA ADVISORY

 WORKSHOP ON EDUCATION FOR RURAL PEOPLE IN AFRICA
to be held at
FAO, Rome, 28-29 November 2007

 High-level officials from the Ministries of Education and Agriculture of more than 10 African countries will participate in a workshop on education for rural people in Africa to be held at FAO Headquarters, Rome , on 28 and 29 November 2007.

 The workshop is co-organized by the UN Food and Agriculture Organization (FAO) and the Association for the Development of Education in Africa (ADEA) in collaboration with UNESCO, the French Ministries of Agriculture and Foreign Affairs and the World Bank Institute (WBI) and with the support of the Italian Development Cooperation (DGCS).

 The workshop will focus on progress made since the Ministerial meeting on education for rural people held in Addis Ababa in September 2005. Country reports prepared by the concerned Ministries and the relevant agencies will be examined.   

Education for rural people is a strategic priority in the fight against extreme poverty, hunger and illiteracy and for promoting rural development. In rural areas, illiteracy hinders development and food security, threatens productivity and health and limits opportunities to improve livelihoods. Worldwide, 100 million children, the majority living in rural areas, are still being denied the opportunity of going to school.

 FAO (www.fao.org) is the lead UN agency for the global Education for Rural People (ERP) initiative.

 ADEA (www.adeanet.org) promotes the development of effective education policies based on African leadership and ownership. It has become a leader in the processes of dialogue, sharing and learning for the qualitative transformation of education in support of Africa ’s development.

 African countries participating in the workshop are: Burkina Faso , Ethiopia , Guinea , Kenya , Madagascar , Mozambique , Niger , Senegal , South Africa , Tanzania and Uganda .

 For media accreditation
Please contact the FAO Media Relations Office:

FAO-Newsroom@fao.org, Tel: (+39) 06 570 53625, Fax: (+39) 06 570 53729

The workshop will be conducted in English and French.

For media queries, please contact:

Ms Thanh-Hoa Desruelles

Communication and Publications Officer

ADEA

Tel : +33/ 145 03 77 69  or +33/ 684 49 73 95 (cell phone)

e-mail: th.desruelles@iiep.unesco.org

Or

Pierre Antonios

Media Relations, FAO

Tel: (+39) 06 57053473

e-mail: pierre.antonios@fao.org


Invitation

novembre 20, 2007

INVITATION

A l’occasion du lancement des deux coffrets

« LES GRANDES VOIX DU SUD »

co-édités par CULTURESFRANCE, RFI et Frémeaux & Associés

Le club des auditeurs de RFI-Paris,

en partenariat avec

CULTURESFRANCE, la Maison des Cultures du Monde et RFI

vous invite à une soirée débat :

« Les grandes voix du Sud, poésie d’hier et d’aujourd’hui »

Vendredi 30 novembre de 19 heures à 21 heures

Théâtre de la Maison des Cultures du Monde

101 bd Raspail 75006 Paris

Contact

Mme Michèle Rakotoson Conseillère :01 44 30 89 70 michele.rakotoson@rfi.fr

Mme Jacqueline Papet Sevrétaire Générale: 06 07 76 58 55 jpapet@club-internet.fr

M Nicolas Abena : Président du Club des Amis de Rfi Paris Île de France 06 24 65 4554 clubrfiparis@yahoo.fr