BAN KI-MOON DEMANDE L’APPROBATION D’UN BUDGET DE 4,2 MILLIARDS DE DOLLARS POUR 2008-2009

New York, Oct 25 2007  1:00PM
Le Secrétaire général a demandé aujourd’hui à la Commission budgétaire de l’Assemblée générale d’approuver le budget pour 2008-2009, un budget de 4,2 milliards de dollars pour la sécurité, le développement et les droits de l’homme dans le monde, une augmentation de 23 millions de dollars seulement.
Ban Ki-moon a qualifié ce budget de « contrat entre lui-même et les Etats Membres » sur la façon dont il entend réaliser les objectifs des Nations Unies.
L’accroissement de 0,5% des ressources « est bien peu, au regard des exigences » a déclaré le Secrétaire général.
« Le monde n’a jamais autant eu besoin d’une ONU forte, mais nos ressources n’ont jamais été aussi limitées », a déploré le Secrétaire général.
Ce dernier a demandé un soutien à l’affectation de 18 millions de dollars pour le renforcement du département des Affaires politiques, y compris un Bureau d’appui à la consolidation de la paix.
Ban Ki-moon a replacé le rôle de ce département dans le renforcement de la prévention des conflits, notamment en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient.
« Résoudre les conflits au plus tôt est un des investissements les plus intelligents que l’on puisse faire », a-t-il dit.
Il a aussi rappelé que « le total des contributions aux diverses agences et programmes des Nations Unies, en majorité hors-budget, s’élevaient au total à plus de 15 milliards de dollars ».
« Mais manifestement il faut faire des progrès », a dit le Secrétaire général, qui a insisté sur le fait qu’outre la sécurité internationale, les deux autres piliers des Nations Unies étaient les droits de l’homme et le développement.
« Le budget reflète la décision des Etats Membres de doubler les ressources pour les droits de l’homme », a-t-il noté. « Mais le développement est un droit fondamental, qui fait partie intégrante des valeurs morales de notre mandat », a-t-il insisté.
Le Secrétaire général a par ailleurs plaidé pour une « simplification, rationalisation » de l’ONU et pour la « transparence et l’obligation de rendre des comptes ».
Saluant la réforme du système de justice administrative interne, il a demandé aux Etats Membres d’accepter un assouplissement des « règles ancrées dans un passé oublié », en particulier concernant les « contrats et conditions de service qui sont difficiles à gérer et qui ne servent plus les besoins des Nations Unies ».
Il a rappelé que l’une des réformes les plus visibles de l’ONU sera la rénovation du siège de New York, qui devrait être « vert ».
Ban Ki-moon a annoncé qu’il soumettrait une série de rapports sur l’obligation de rendre des comptes et la gestion.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :